MENU FERMER

La Poste

Emmanuel Ballerini, Délégué au Secteur Public Local chez Groupe La Poste

sans-titre

La Poste est une société anonyme à capitaux publics, filiale de la Caisse des dépôts et de l’Etat. Le groupe La Poste est organisé en cinq branches : Services-Courrier-Colis, La Banque Postale, Réseau La Poste, GeoPost, Numérique. Le Groupe est présent dans 47 pays sur 4 continents. Chaque jour, les 17 000 points de contact de La Poste, 1er réseau commercial de proximité de France, accueillent 1,3 million de clients.

La Poste, neutre en carbone depuis 2012, distribue 21,6 milliards d’objets par an dans le monde (lettres, imprimés publicitaires et colis), 6 jours par semaine. En 2019, le Groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 26 milliards d’euros, dont 30% à l’international, et emploie plus de 249 000 collaborateurs. La Poste s’est donné pour objectif d’accélérer sa transformation en continuant à se diversifier. Avec pour ambition de devenir la première entreprise de services de proximité humaine, pour tous, partout et tous les jours, La Poste s’engage à simplifier la vie.

Dans le contexte de la crise sanitaire :

Dans le but d’accompagner le déconfinement progressif et de favoriser la reprise de l’activité économique le Ministère de l’Économie et des Finances a confié à La Poste la commercialisation et la distribution de 10 millions de masques de protection alternatifs. Les commandes seront possibles pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés ressortissantes de CCI France et de CMA France à partir du samedi 2 mai 2020 sur masques-pme.laposte.fr, une plateforme conçue en moins d’une semaine par Docaposte, filiale numérique du groupe La Poste.

Cette période de confinement aura mis en lumière une réelle prise de conscience des besoins nouveaux des artisans et commerçants pour assurer le continuum de leur vocation de proximité ainsi que leur volonté de transformation.

Propositions :

La Poste est d’abord et fondamentalement un opérateur de proximité humaine, qui assure un lien continu entre les habitants, les commerçants et les artisans des territoires. Fortement engagée dans l’action de redynamiation des Centres Villes des villes moyennes tel que le programme Action Cœur de Ville, elle propose d’ores et déjà de solutions opérationnelles au service du développement des commerce de proximité.

Ainsi en est-il par exemple de :

  • MaVilleMonShopping qui est une solution omnicanale de digitalisation des commerces locaux qui repose sur la mise à disposition auprès des collectivités d’une plateforme web (marketplace), accessible également sur mobile. Elle permet aux commerçants de s’y enregistrer et d’y promouvoir leurs produits. Ce service est un outil d’animation et de promotion du commerce local pour les collectivités locales. Il comprend :
  1. Une solution complète de digitalisation du commerce local,
  2. Une plateforme web (et mobile) gratuite, rapide et facile d’accès pour les commerçants (un format intuitif qui permet à tous de digitaliser facilement l’offre et d’entrer en contact avec les clients)
  3. Un service de logistique adaptée au territoire et aux besoins des consommateurs, s’appuyant sur les réseaux du Groupe La Poste (allant du click and collect jusqu’à la livraison en H+)
  4. Un modèle collaboratif de promotion à travers des ambassadeurs locaux (les Cityzens) qui accompagnent les commerçants, animent la plateforme et les réseaux sociaux.

A noter que depuis le début de la période de confinement (et pour toute sa durée) MaVilleMonShopping est accessible gratuitement à tous les commerces et en priorité ceux de première nécessité.

La plateforme de vente en ligne propose aussi des services logistiques permettant aux commerçants et artisans de continuer leur activité à distance tout en limitant les déplacements de la population.

MaVilleMonShopping se présente ainsi comme une solution de continuité de l’activité commerciale en parallèle et en complément du commerce sur le lieu de vente, par la mobilisation du canal numérique et des services de portage et de livraison associés.

  • L’offre Stuart : Entreprise filiale du Groupe La Poste, Stuart est une plateforme numérique de course urgente (dans l’heure) qui met en contact un donneur d’ordre avec un coursier professionnel en 2 clics.

Stuart, dont le réseau en cours de développement ne cesse de s’étendre, est d’ores et déjà présent dans plus de 60 villes en France. La société collabore avec plusieurs centaines de donneurs d’ordre (commerces et entreprises de toutes tailles et de tous secteurs) principalement sur quatre marchés : la restauration, l’alimentaire, le non alimentaire et la santé.

A noter que sur le segment de la santé, Stuart propose depuis février 2020 la livraison au départ de plus de 400 pharmacies, avec l’offre du Groupe la Poste « Mes médicaments chez moi » qui a développé des partenariats avec des groupements de pharmacie comme Aprium.

Ce qui change avec la crise sanitaire :

Avec les mesures de confinement, les attentes des territoires ont rapidement évolué. La Poste s’y est adaptée en proposant des solutions à des coûts maîtrisés, en particulier en matière de livraison.

  • Un recours accru aux plateformes numériques de la Poste :

La fermeture contrainte des commerces de proximité a accéléré la prise de conscience de l’importance du commerce de proximité et de sa vitalité. Dans certains territoires, les Chambres de Commerce et d’industrie, les associations de commerçants, les conseils départementaux et les Chambres de Métiers ont souhaité agir pour que tous les commerçants puissent accéder gratuitement à la plateforme MaVilleMonShopping et sans délai pour toute la durée du confinement.

  • Une mutation en faveur des commerces de proximité va se poursuivre après le confinement :

La crise sanitaire a accéléré la prise de conscience de l’importance de l’omnicanal. Il s’agit de permettre pour tout commerçant l’accès à des services de prise de commande à distance et de livraison à l’adresse. La Poste a pu être le premier observateur de cette mutation. A titre d’exemple, avant la période de confinement, seuls une quinzaine de territoires avaient contracté la solution MaVilleMonShopping ; depuis mi-mars 2020, plus de 600 communes l’utilisent, dans près de 90 départements.

  • Pleinement consciente de ce changement, La Poste a procédé à une interconnexion automatique entre sa marketplace MaVilleMonShopping et sa plateforme de livraison en H+ Stuart.

En somme :

La Ville du Plessis-Robinson, comme de nombreuses communes en France, a dû faire face à un affaiblissement des commerces en centre-ville. Pour soutenir les commerces, son manager de centre-ville a dû penser, en collaboration avec les élus locaux, à des mesures portant sur la logistique commerciale et sur l’aménagement de l’espace public.

Questions/Réponses :

  • Comme nous l’avons vu au cours de l’audition, la livraison semble être la solution adaptée pour de nombreux commerçants. Pensez-vous que la livraison gratuite ou à prix réduit serait envisageable sur le long terme pour la Poste ?

La livraison est un service qui répond à plusieurs besoins. Elle apporte du confort au client venu en boutique et qui préfère se faire livrer ses achats à domicile. Elle permet d’ajouter un nouveau canal de vente en associant à une boutique virtuelle (un site internet) ou à une place de marché le service de livraison. Et, dans ce cas, le commerçant dispose d’une solution de continuité de service lorsque son espace de vente n’est plus accessible.

Ce service est de plus en plus demandé par les clients qui peuvent alors continuer à s’approvisionner auprès de leur commerçant, sans être toujours tenu de se déplacer en boutique. Il est aussi de plus en plus demandé par les commerçants eux-mêmes qui en voient bien toute la valeur.

Sa réalisation ne peut être obtenue que par la mobilisation de systèmes d’information, de moyens de transport adaptés et de ressources humaines, soit toute une logistique qui peut s’avérer excessivement couteuse si elle n’est pas maitrisée par un opérateur dont c’est le métier.

Pour que le prix en soit maîtrisé, et donc accessible aux commerçants et à leurs clients, elle doit être opérée dans des conditions optimisées.

Tout l’intérêt d’une approche territoriale réside dans la possibilité de mutualiser les charges liées à l’infrastructure (place de marché, moyens de stockage et de préparation de commande, livraison…) à l’échelle du territoire concerné entre tous les utilisateurs.

Le Groupe La Poste est évidemment disponible pour faciliter l’émergence d’un modèle de service attractif en innovant dans ses propositions de service et en apportant de nouvelles solutions pour la livraison, le stockage, la préparation de commande, la distribution (en drive in ou à l’adresse, en J+ ou h+, à température ambiante ou dirigée/contrôlée…), la collecte des retours et emballages, ou la ré-expédition.

Nous souhaitons nous inscrire pleinement dans les initiatives que l’Etat, les collectivités locales, les EPCI, les consulaires, les associations d’élus et de commerçants pourraient porter et qui permettraient, par la mutualisation des infrastructures, d’en réduire la charge de chacun pris isolément.

Gardons cependant à l’esprit que nous sommes dans un secteur fortement concurrentiel et encadré.

🡪 Le sujet doit par-ailleurs être abordé plus globalement sous l’angle de la logistique de proximité et de ses différentes composantes :

Notre conviction est qu’il peut y avoir place pour des services de logistique agiles dans certaines villes moyennes à la condition d’agir simultanément et de manière coordonnée sur au moins 3 leviers qui doivent être installés en même temps :

  1. Fournir aux commerçants et aux artisans un accès à une place de marché numérique de proximité dotée des services permettant d’opérer une distribution omnicanale des produits et des marchandises des commerçants et artisans : stockage, préparation de commandes, portage et livraison à domicile
  2. Associer à chaque place de marché un espace de logistique légère de proximité où les opérations de manutention amont et aval à l’acte de vente peuvent être opérées. Cet équipement est le pendant indispensable de la place de marché. Il pourrait être complété par un parc de petits véhicules utilitaires permettant d’opérer les opérations de livraison en mode doux, respectueux de l’environnement
  3. Accompagner l’ouverture de chaque place de marché d’un programme de formation au numérique pour tous les commerçants et les artisans du territoire concerné. Dans le monde de l’après covid-19, l’omnicanal sera un standard. Les commerçants et les artisans doivent être accompagnés pour se former aux bases du digital, exister sur le web, assurer la continuité de la relation avec leurs clients et leurs fournisseurs, gérer au mieux leurs approvisionnements et leurs stocks…

En France dans les villes entre 20 et 120 000 habitants, il est donc fondamental d’investir cette logique globale. La perspective d’un coût de livraison maîtrisé pourra sans doute aider les commerçants dans cette période difficile, mais elle ne peut pas être le seul levier d’une politique de redynamisation des commerces de proximité.

En somme :

La Poste est aux côtés des commerçants auxquels elle propose des services de logistiques performants et de nombreuses solutions numériques. Ils prennent toute leur valeur au moment d’accompagner la sortie du confinement tandis que les mesures barrière continueront de limiter le trafic dans les boutiques. Mais un service de livraison ne peut durablement s’envisager à des conditions économiques équilibrées, pour tous les commerçants d’un territoire donné, que s’il est associé à une place de marché ouverte aux commerces de proximité.

Au final, des services de logistique de proximité sur les territoires des villes moyennes (principalement concernées) ne peuvent s’envisager qu’à la condition qu’il existe un besoin avéré, ce qui se mesure concrètement par la propension à payer le service rendu. L’initiative publique peut permettre de le révéler.