MENU FERMER

Ville de Saint-Etienne

Lionel Saugues, Maire Adjoint de St Etienne, Président de l’Observatoire du Commerce et de l’Artisanat de Centre-Ville en Mouvement

SauguesStEtienne

Saint-Etienne est situé à 60 kilomètres de Lyon. La ville centre compte 175 000 habitants, et l’agglomération 400 000 habitants ce qui en fait la deuxième ville de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, devant Clermont-Ferrand mais aussi Grenoble. Saint-Etienne prendra le statut de Métropole en janvier 2018. Longtemps capitale industrielle, des fleurons de l’industrie sont encore présents à Saint-Etienne, en particulier le siège mondial de Casino.

Il faut avoir un vrai programme d’action à l’échelle de la ville

Constat :

  • Les impacts de la désindustrialisation :
    Lors de la crise industrielle qui a touché Saint-Etienne dans les années 1970, la ville comptait 220 000 habitants. S’en est suivi une paupérisation du centre-ville caractérisée par la fuite des classes moyennes et aisées en première couronne. L’impact sur le commerce est encore visible comme en témoigne des taux de vacance au-dessus de 10%.
  • Un programme d’action à l’échelle de la ville :
    L’équipe municipale arrivée en 2014, est composée d’élus, en partie, de la société civile et du monde de l’entreprise. Il a été décidé de créer une délégation dédiée au commerce a été créée pour marquer la grande importance attachée à ce sujet. Elle est composée d’un Adjoint au Maire (Lionel Saugues) et de trois Conseillers Municipaux délégués. La constitution d’une équipe d’élus avec des techniciens pointus permet de répondre à une problématique commerciale impactée par toutes les fonctions urbaines.

Les propositions :

  • Apporter du confort en centre-ville :
    Apporter du confort en centre-ville a été un axe fort de la politique municipale. La démolition d’îlots en cœur de ville, l’aération, la création de toits terrasse, la construction d’immeubles contemporains, une amélioration de la propreté et de la sécurité sont autant d’actions menées pour améliorer la qualité de vie en centre-ville.
  • Organiser de grands événements :
    L’organisation de grands événements (accueil de l’Euro de football en 2016, du Tour de France, dynamisation du Marché de Noël, la fête du livre ou la Biennale internationale du Design avec 300 000 visiteurs), a été l’occasion de mobiliser les commerçants pour qu’ils soient acteurs des territoires à travers l’organisation de manifestations commerciales et la distribution de kits de décoration des vitrines afin qu’ils se mettent aux couleurs des événements.
  • Le design comme angle d’attaque :
    Le design a été l’angle d’attaque de la revitalisation de la ville et notamment de son centre. La ville a obtenu le label UNESCO « ville de design ». Il s’agit de capitaliser sur ce label pour contrebalancer une image pendant trop longtemps dégradée, négative.
    Le design a également été un outil pour que les commerçants indépendants puissent affirmer leur particularité. Le design est un élément permettant de se différencier et de mettre en avant les commerçants indépendants et les jeunes designers.
    Il faut que le design puisse se diffuser partout dans la ville, notamment grâce à un design manager à Saint-Etienne qui aide à ce que le design s’intègre dans tous les projets comme un fil rouge. Par exemple le tramway, les marchés, chez les commerçants indépendants et pour mettre à l’honneur des jeunes designers. En plus du poste de design manager, la Ville a créée des 2003 avec Montréal le Concours Commerce Design.
  • Une prise en main par les commerçants eux-mêmes :
    Il faut co-construire la ville car une municipalité ne travaille pas seule. Avec les unions commerciales, les commerçants, et plus largement tous les acteurs qui font le commerce dans la ville, doivent eux-aussi se prendre en main et s’adapter aux enjeux de consommation. D’où la volonté de la Ville de créer le Conseil Consultatif du Commerce Stéphanois sur le modèle de la Commission de concertation du commerce (la « 3C »).