MENU FERMER

Ville de Limoges

Emile-Roger Lombertie, Maire de Limoges

Limoges2

Capitale historique de l’ancienne province du Limousin, Limoges est un des pôles d’équilibre de la région Nouvelle-Aquitaine. Reconnue « Ville d’art et d’histoire » depuis 2008, elle vient d’être labellisée « ville créative » par l’UNESCO, devenant ainsi la 4e ville française à intégrer ce réseau international. Depuis 2002, la ville développe l’opération « Cœur de Limoges » qui a pour objectif de dynamiser l’activité commerciale du centre-ville.

Les centres-villes des villes moyennes doivent rester des priorités de fléchages en matière de politique de l’habitat.

Constat :

  • Désertification et perte d’actifs en centre-ville :
    Le centre-ville a perdu 11% de sa population depuis une vingtaine d’années.
    La vacance commerciale s’est accrue avec l’ouverture d’une nouvelle polarité commerciale en périphérie et l’extension d’une seconde.
    La perte d’actifs en centre-ville témoigne outre de la faiblesse d’une dynamique de développement de la délocalisation d’emplois tertiaires notamment bancaires en périphérie.
  • Une position d’ex-capitale régionale et une nouvelle stratégie avec le SRADET :
    L’intégration dans la nouvelle région offre l’occasion de réfléchir et d’accélérer la transformation du centre-ville.
    L’aire urbaine de Limoges joue un rôle considérable d’encadrement d’un territoire rural du nord-est de la Nouvelle Aquitaine et contribue à la dynamique métropolitaine régionale. C’est dans ce contexte et à cette échelle que doit être pensé le désenclavement. Le développement de Limoges est inscrit dans le SRADET qui doit permettre de trouver une dynamique de développement.

Les propositions :

  • Mener une OPAH-RU pour les logements vacants :
    Résorber l’habitat dégradé du centre-ville ; améliorer la qualité de l’espace public, de l’habitat en ville, du niveau de confort et de praticité. Il faut pérenniser des moyens sur les questions relatives à l’habitat, que les centres – villes des villes situées en zone détendue restent des priorités de fléchages en matière de politique de l’habitat.
    Difficulté du territoire à mettre une gouvernance adaptée afin de porter des projets plus complexes de requalification urbaine
  • Eviter une production normative alors que le constat politique est unanime :
    Eviter un empilement des normes (accessibilité, patrimoine) qui tend à fossiliser le centre.
  • Requalifier l’espace public :
    Projet pluri-thématique de requalification pour retrouver une urbanité, une convivialité à partir de la gare qui est une porte d’entrée.
    Révéler les atouts du centre-ville pour qu’il redevienne une polarité marchande forte et reste la première de l’agglomération.
    Mettre en valeur un patrimoine remarquable, médiéval et art déco ; plan de ravalement obligatoire des façades.
  • Piétonniser des artères stratégiques du centre :
    Piétonniser certaines rues utilisées aux niveaux des grandes braderies ; développer un parcours céramique ; tisser un lien entre locomotive du centre-ville et les autres commerces ; développer des modes de transport actifs.
  • Animer le cœur de ville :
    Mener une politique d’animation ambitieuse, marché de Noël, des animations, braderies, etc.
    Faire de la place centrale, un plateau pluri-événementiel pour dynamiser le centre-ville.
    S’appuyer sur l’EPF de Nouvelle Aquitaine et la Chambre de Commerce pour développer une pépinière d’entreprises commerciales sur les axes de liaisonnement piéton des parkings vers l’hyper cœur marchand.
  • Maintenir une priorité de fléchage pour l’habitat :
    Pérenniser des moyens sur les questions relatives à l’habitat, afin que les centres-villes des villes situées en zone détendue restent des priorités de fléchages en matière de politique de l’habitat