MENU FERMER

Ville de Guise et Communauté de Communes Thiérache Sambre et Oise

François-Xavier Favaudon, Directeur Général de la Communauté de Communes Thiérache Sambre et Oise (CCTSO)
Corinne Lecigne, Directrice Générale des Services de la Ville de Guise
Clément Mangot, Chef de Projet revitalisation des Centres Bourg Architecte Ville de Guise-CCTSO

guise

Située dans le département de l’Aisne, en Région Hauts de France, Guise est une commune de 5 138 habitants qui joue le rôle de bourg centre au sein d’une intercommunalité, la communauté de communes Thiérache Sambre et Oise, d’un peu plus de 18 000 habitants.

La revitalisation du centre-ville est un problème de fond qui exige une vraie dynamique pour aller plus en profondeur dans le projet urbain

Constat :

  • Une situation socio-économique difficile :
    Taux de chômage de 31,4 % en 2013; 33 % de la population de Guise vivant sous le seuil de pauvreté ; vacance commerciale importante dans le centre ancien ; concentration de logements insalubres et indignes en centre bourg ; population à la merci des marchands de sommeil ; 30,6 % des ménages ne possèdent pas de voiture ; dégradation de bâtis vernaculaires du centre bourg.
  • Des atouts patrimoniaux :
    Le familistère Godin est le premier site touristique avec le château médiéval. C’est un patrimoine bâti dans le centre ancien. Guise est également sur le trajet de l’eurovéloroute n° 3 qui devrait permettre à terme d’aller de Saint-Jacques-de-Compostelle (et Paris) à Oslo.
  • Lancement d’une dynamique politique :
    Retenue pour le programme de revitalisation des centres bourgs lancé en 2014, la Ville a lancé un programme de rénovation des façades. Comme une première étape de la volonté politique pour « cacher la misère » tout en impulsant une vraie dynamique, afin d’aller plus en profondeur dans les choses, et réguler les problèmes de transport, de formation, d’habitat insalubre…
    Une stratégie est un facteur important pour mettre en œuvre une vraie démarche au niveau national.

Les propositions :

  • La régénération de l’habitat ancien comme moteur d’évolution :
    Cette régénération doit devenir un moteur d’évolution et améliorer la qualité de vie des habitants. La lutte contre l’habitat insalubre et la dégradation du patrimoine bâti est un enjeu important de cette régénération. Il est également important de respecter le bâti ancien et le patrimoine, force de ces villes centre bourg.
  • Concentrer les efforts à des endroits stratégiques de la ville pour régénérer le commerce… :
    Les efforts ont également porté sur le renforcement et le maintien des commerces de proximité dans le centre-ville (FISAC). La réinsertion des commerces passe notamment par l’intégration des logements à l’étage en faisant liaison entre les deux (servitude de passage). Cela a conduit à des négociations, des découpages délicats puisque que la zone concernée est soumise au contrôle de l’ABF. Il est important également de reconquérir les étages des immeubles en offrant des logements de qualité en centre-ville afin de faire revenir la population en cœur de ville.
    Une boutique expérimentale a été implantée.
    Il est important d’impliquer les habitants et le monde associatif dans la stratégie globale du projet. (réunion publique, expo, visite de chantier, conférence, formation..
  • …et régénérer les services :
    Il est important de réimplanter ou conserver les services en centre-ville à l’instar du siège de la communauté de commune qui sera agrandi. Un projet de halle couverte et l’installation d’un poste de police au milieu de la rue principale témoignent également de cette volonté.
  • Rachat des commerces vacants et des bâtiments à forte valeur patrimoniale :
    Le rachat de certains bâtiments permet d’éviter que les marchands de sommeil achètent, notamment les bâtiments prestigieux. La lutte contre les marchands de sommeil est néanmoins très compliquée à mener pour les villes de centre bourg.
  • Privilégier le couple diagnostic/stratégie :
    Pour beaucoup de petites communes qui ont une absence de stratégie et de diagnostic, le projet centre-bourg est très important de par son effet structurant. Pour bénéficier pleinement de cet effet, il est utile de faire perdurer ce type de dispositif.
  • Ne pas créer de concurrence entre les territoires :
    Le risque de la procédure d’appel à manifestation d’intérêt et de créer une certaine rivalité entre les communes retenues pour ces programmes et les autres.
  • Assurer une souplesse des outils :
    L’adaptation aux contraintes est nécessaire, en faisant presque du « sur-mesure». Attention que le cadre réglementaire n’empêche pas la mise en place du projet et autorise la créativité et l’innovation. Il est plus intéressant de créer des outils spécifiques pour ce type d’expérimentation que d’adapter des choses préétablies.
  • Former les personnels aux enjeux de la résorption de l’habitat insalubre :
    L’appréciation des niveaux de l’insalubrité, des risques encourus par les habitants des logements concernés constitue un point de divergence qui peut conduire au blocage des projets de requalification de secteurs à enjeux. Il semble que la difficulté de l’évaluation des problèmes techniques (structure du bâtiment, fondation, toiture, structure porteuse…), la réticence à se positionner sur les biens occupés par leur propriétaire ou les biens vacants, conduisent les services à ne pas se prononcer, (ARS) et par voie de conséquences à minimiser le niveau de l’insalubrité.
    Les échanges montrent la nécessité d’une formation des personnels aux enjeux de la résorption de l’habitat insalubre, et en particulier d’une formation technique à la qualification des niveaux d’insalubrité, afin d’harmoniser cette appréciation au niveau national (modalités de remplissage de la grille ANAH…). En termes d’harmonisation, il conviendrait également que le niveau d’appréciation de l’état de dégradation – études techniques sur la mérule… – attendu au stade de l’éligibilité soit précisé.
    La requalification des quartiers anciens dégradés, doit être perçue comme un enjeu prioritaire autour duquel l’ensemble des partenaires doit se retrouver et mobiliser ses compétences.