MENU FERMER

Fédération des Fromagers de France

Claude Maret, Président

maret

La Fédération des Fromagers de France est l’organisation professionnelle qui représente les 3 200 crémiers-fromagers exerçant en boutique et sur marchés. Par ses actions, la fédération contribue à rassembler et promouvoir la profession auprès des pouvoirs publics, des représentants de la filière et des consommateurs. Les fromagers sont pour moitié présents sur les marchés et pour l’autre moitié installés dans des boutiques.

Le commerce de proximité donne de la valeur au quartier

Constat :

  • Une évolution positive à accompagner :
    Il y a 25 ans, la profession était considérée comme finie, les fromagers n’arrivaient à revendre leur affaire. Les habitants avaient des réticences à accueillir un commerce alimentaire dans leur immeuble. Par ailleurs, les grandes enseignes ont monopolisées les grandes artères où étaient les petits commerces avec des baux hors normes.
    Depuis une dizaine d’années, la fromagerie a retrouvé une dynamique positive. Le fromager est passé de vendeur à vendeur-conseil grâce à un effort de formation et à l’évolution de notre travail. Cela été crucial pour que les fromagers modernisent leur magasin.
    Dans cette évolution vers un métier mieux formé, la fromagerie attire beaucoup de reconversion.

Les propositions :

  • Concentrer l’offre commerciale en centre-ville :
    Le commerce de centre-ville doit faire bloc (à l’échelle d’une rue pour les centres-bourgs) et les implantations ne doivent pas être dispersées. Le bon emplacement du commerce reste prioritaire.
    A Paris, la Semaest a permis de faire de la préemption ce qui a aidé les installations. En région parisienne, il y a ainsi cinq installations par an. Les boutiques éphémères de la Semaest ont également donné de bons résultats.
  • Maîtriser l’implantation de supérettes face aux besoins réels des consommateurs :
    La suppression des 1 000m² de surface, par exemple à Paris, a parfois provoqué une concentration des supérettes sur une même rue. Il faut travailler sur la question immobilière pour qu’il n’y ait pas de spéculation immobilière et arriver à une cohésion des commerces dans certaines zones.
  • Un intérêt à l’installation de ce type de commerce pour les propriétaires alentours :
    Les propriétaires deviennent intéressés car ce commerce de proximité donne de la valeur au quartier et de la vie. Les commerces alimentaires ne sont plus considérés comme des indésirables et les murs exploités prennent de la valeur.
  • Mener une réflexion sur l’accessibilité des clients et des marchandises :
    Bien que le modèle du 100% voiture en centre-ville ne soit pas souhaité, il faut réfléchir aux moyens d’accès facilités au commerce, notamment pour les marchandises.