MENU FERMER

Confédération Française de la Boucherie, Boucherie-Charcuterie, Traiteurs

Jean-François Guihard, Président

guihard

Fondée en 1894, la CFBCT est l’organisation professionnelle des bouchers, bouchers-charcutiers, traiteurs. Au service des artisans, elle s’attache à mener des actions collectives valorisant la profession et à représenter et défendre le métier auprès des Pouvoirs Publics. La mission principale de la CFBCT est d’aider la profession qu’elle représente à s’inscrire durablement dans l’alimentation des Français et dans l’économie du pays. Elle intervient sur le cœur du métier tout en tenant compte d’une évolution constante de la consommation. Elle représente 80 000 emplois, compte 9 600 apprentis et un chiffre d’affaire de 6 milliards d’euros. C’est un savoir-faire incontestable, un bel héritage.

Il faut une régulation des ouvertures des enseignes en centre-ville, pour y implanter de vrais commerces de proximité qui contribueront au renouvellement de l’offre commerciale.

Constat :

  • Perte de diversité commerciale :
    La diversification commerciale des centres-villes est un sujet de préoccupation. En effet, les cœurs de villes sont en mal de repreneurs. On observe un phénomène de mort de villages, de centres-bourgs, de certains quartiers où il n’y a par exemple plus de boucher. Nous allons vers une disparition programmée de ces commerces, si rien n’est fait. Celle-ci est vraiment à craindre face à une population vieillissante, ainsi que la déstabilisation des centres-villes.

Les propositions :

  • Régulation des enseignes :
    Il faut une régulation des ouvertures des enseignes en centre-ville pour y implanter de vrais commerces de proximité qui contribueront au renouvellement de l’offre commerciale. Il y a un vrai défi à relever en milieu rural et urbain. Tout cela en prenant en compte la problématique des seniors, du e-commerce, ces défis sont à relever tant en milieu rural qu’en milieu urbain.
  • Stratégie commune à définir avec les maires
  • Réintégrer le commerce dans sa diversité :
    Il faut stopper les implantations de commerces trop grands et travailler sur une vraie réforme de l’urbanisme commercial.
  • Plus d’équité entre tous les commerces
    Il est important de soutenir l’investissement pour tous les commerces, surtout qu’il y a des normes à respecter.
  • Développement des partenariats avec le secteur de l’agriculture
    Il faut développer les aides européennes via les régions. Il convient de favoriser le développement et l’investissement de certains agriculteurs, en centre-ville et pas en pleine campagne. Il y a la possibilité de développer des pôles alimentaires dans les centres-villes, mener une réflexion identique pour les marchés, les zones de chalandises, la règle d’or de l’emplacement. Il serait intéressant de fédérer l’ensemble des acteurs pour travailler sur toutes ces problématiques.
  • Accompagner la transition numérique
    Il faut renforcer l’interactivité entre les clients, les producteurs et les commerçants en mettant par exemple en place le click and collect, qui est un service proposé aux consommateurs leur permettant de réserver ou de commander des produits en ligne avant de les retirer directement dans une boutique.