MENU FERMER

Agence Dédale

Julien Brouillard, Chargé de développement innovation numérique et urbaine
Laura Falzon, Chef de projet innovation urbaine

dedale
dedale2

Acteur de l’innovation urbaine et sociale, Dédale agit en faveur des nouvelles manières de produire et de vivre la ville. Au service des collectivités publiques et des acteurs privés de l’urbain, Dédale axe son intervention sur l’innovation et les nouveaux usages dans des domaines en mutation tel que l’urbanisme, la culture, le tourisme, le numérique, ou encore le développement durable. L’agence intervient sur des missions de conseil et d’études, de conception (projets urbains, programmes urbains, services numériques innovants), de production (événements et actions culturelles et citoyennes), ainsi que sur la gestion d’équipements innovants et de tiers lieux. Dédale porte par ailleurs ses propres projets : Domaine Public (programme de recherche et d’expérimentation sur l’espace public), PARK(ing) Day (événement participatif pour une réappropriation créative de l’espace public), ou encore SmartCity (Living Lab dédié à la créative et durable)

Aujourd’hui il faut travailler sur des espaces publics plus créatifs, plus participatifs, réappropriés par les citoyens pour changer l’image des centres villes et favoriser leur revitalisation

Constat :

  • L’attractivité et la vitalité des centres villes passent par la qualité des espaces publics :
    Ceux-ci qui doivent participer à une ville plus créative plus participative et plus durable.
    Traditionnellement l’espace public est d’abord traité comme un espace de circulation, un espace à sécuriser, un espace parfois privatisé, ou encore comme un espace résiduel par rapport au bâti, et qui par conséquent fait l’objet d’un traitement  « par défaut ». Les politiques d’aménagement de l’espace public tenant compte de la place des citoyens et orientées usages sont encore assez rares.
  • Parallèlement l’appropriation citoyenne des espaces publics est d’ores et déjà en marche :
    Ces dernières années, individus ou groupes de citoyens réclament de plus en plus un nouvel espace public et proposent de nouvelles formes d’aménagement, respectueuses de l’environnement et adaptées aux usages. Dans un contexte urbain en pleine mutation, ces initiatives remettent en question les modes conventionnels de conception et d’utilisation de l’espace public, souvent déconnectés des pratiques actuelles.
    Repenser l’espace public et ses usages c’est d’abord s’inscrire dans une réflexion transversale sur un ensemble de sujets. Face à ces constats Dédale identifie 5 grands défis qui attendent aujourd’hui les professionnels de l’urbain, les collectivités publiques, les acteurs privés, les citoyens :
    LA VILLE VERTE :
    La présence de la nature en ville est devenue une préoccupation centrale des citoyens, elle recouvre des enjeux multiples (écologiques, sociaux, économiques…). Deux grands défis nous attendent : définir à quelles échelles et sous quelles formes la nature peut s’exprimer dans l’espace public ; tirer partie de tous les services rendus par la nature en ville : convivialité, pédagogie, esthétisme, jardinage, petite agriculture urbaine…
    LA VILLE MOBILE :
    Le modèle du « tout-voiture » est aujourd’hui remis en question, de nouvelles mobilités émergent, plus écologiques et redonnant sa place à l’humain. 3 grands défis nous attendent : améliorer la qualité de circulation du piéton et l’émergence de mobilités actives ; transformer l’image des centres-villes et favoriser le bien-être des citoyens; concevoir des espaces publics pour des usages multiples, évolutifs et sécurisés.
    LA VILLE NUMÉRIQUE :
    Les Technologies de l’Information et de la Communication modifient en profondeur la perception, l’usage et l’aménagement des espaces publics. De nouveaux types de services aux citoyens et aux consommateurs émergent. Deux grands défis nous attendent : dépasser les logiques de grands opérateurs industriels et de la ville du contrôle ; se saisir du numérique pour produire un espace public plus interactif, plus démocratique et appropriable par les citoyens.
    LA VILLE RÉENCHANTÉE :
    L’espace public s’est, au fil des ans, chargé de mobiliers urbains lourds et envahissants, d’aménagements froids et impersonnels. Deux grands défis nous attendent : inventer une ville modulable et créative, faisant la part belle aux aménagements éphémères et ludiques ; favoriser l’intervention des artistes et des créatifs, des acteurs incontournables de la transformation de l’espace public.
    LA VILLE COLLABORATIVE :
    La démocratie participative n’est plus un vain mot dans les villes des pays occidentaux, les citoyens se réapproprient la conception et la gestion de  l’espace public. Un grand défi nous attend : s’appuyer sur la créativité des usagers pour penser l’aménagement d’un espace public adapté à leurs pratiques.

Les propositions :

  • Sensibiliser le grand public aux enjeux de l’espace public :
    A travers l’organisation d’événements urbains citoyens et la mise en place des programmes d’ateliers et de débats participatifs dans l’espace public pour une réflexion partagée sur le futur des centres-villes (ex. PARK(ing) Day).
  • S’appuyer sur la culture et la création pour redynamiser les centres-villes
    A travers l’organisation des grands événements culturels attractifs, rassemblant les acteurs de design, de l’art et de la culture. De vraies « locomotives » pour les centres-villes (ex. Un été au Havre).
  • S’appuyer sur le numérique pour développer des services innovants dédiés aux nouveaux usages de l’espace public
    A travers des applications collaboratives associant le citoyen à la gestion de l’espace public ou encore pour la découverte des mémoires et du patrimoine des centres-villes (ex. Dans ma rue, Urban Explore).
  • Concevoir des places et des jardins animés, modulables, évolutifs
    En créant des espaces publics qui laissent place à une multiplicité d’usages (ex. Place de la République à Paris) mais aussi en inventant un nouveau métier, celui d’animateur d’espaces publics.
  • Initier des démarches d’expérimentation pour inventer le centre-ville de demain
    A travers la préfiguration, le test et l’activation d’espaces en vue d’opération de réaménagement (ex. Réinventons nos places à Paris), mais aussi en positionnant les centres-villes comme des laboratoires d’expérimentations urbaines où seront imaginés de nouveaux services (ex. Démarches Urban Lab et Living Lab).
  • Imaginer un espace public co-construit et co-géré par les habitants
    En libérant des portions de ville (ex. Permis de végétaliser à Paris), en associant les citoyens au choix dans les projets d’aménagement (ex. Dispositif Les nouveaux commanditaires appliqué au tram T3 à Paris), en assurant une représentation citoyenne pour la sélection des projets dans les nouvelles formules de concours lancées par les collectivités (ex. Concours Réinventer.Paris).